Restez dans le Moov
Cap sur une organisation innovante
Suivez-nous
Search
TOP
Comment contribuer à un monde meilleur ? - Restez dans le Moov
16422
post-template-default,single,single-post,postid-16422,single-format-standard,theme-awake,eltd-core-1.2,woocommerce-no-js,awake child-child-ver-1.0.0,awake-ver-1.4,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,eltd-mimic-ajax,eltd-grid-1200,eltd-blog-installed,eltd-default-style,eltd-fade-push-text-top,eltd-header-standard,eltd-sticky-header-on-scroll-down-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-menu-item-first-level-bg-color,eltd-dropdown-slide-from-left,eltd-,eltd-fullscreen-search eltd-search-fade,eltd-side-menu-slide-from-right,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Comment contribuer à un monde meilleur ?

Restez dans le Moov / Vers de nouveaux horizons  / Comment contribuer à un monde meilleur ?

Comment contribuer à un monde meilleur ?

Une histoire unique à chacun

Lorsque tout a commencé

Voici une question que je me pose depuis longtemps. Toute petite déjà je me sentais très concernée par le bien être de la planète et de tout ce qui la compose, en particulier les animaux. Alors avec ma grande soeur, nous avions décidé d’adhérer à des associations de défense pour les animaux et nous faisions signer des pétitions. Internet n’existant pas encore, nous avions aussi des correspondantes par courrier que nous avions trouvé sur des magazines avec lesquelles nous avions créé un journal. Je devais avoir 9 ans, mais je me sentais investie d’une mission et j’adorais cela. Puis, avec l’adolescence j’ai laissé tomber mes rêves de sauveuse de la planète. Mais je ressentais toujours cette immense impuissance face à la douleur et la souffrance du monde. J’ai tenté de l’étouffer, jusqu’à mes 27 ans, où le besoin de sens dans ma vie me rattrapa très fortement. 

J’ai compris à ce moment là de ma vie que si je continuais dans cette direction, j’allais toujours un peu plus droit dans le mur, et je me faisais toujours plus de mal, car cette vie que j’avais créé n’étais pas la mienne. Comment faire alors pour prendre ma place ?

Donner du sens

La réalité qui nous est donnée

J’ai compris avec beaucoup de travail, qu’il est indispensable pour chacun de nous de prendre cette place qui est la nôtre, d’être à la bonne place, de créer cette vie qui nous correspond véritablement, c’est à dire donner du sens à nos actions. 

Comment savoir qui je suis ? Qu’est ce qui me guide ? Selon vous ? Qu’est ce qui vous fait aller dans telle ou telle direction ? Prenez un temps pour y songer. 

Nous sommes guidés par nos instincts, par le plaisir. Nous évitons toujours la souffrance et nous avons toujours une bonne intention pour nous même. C’est toujours une question d’amour de soi qui est en jeu. 

« Quels sont vos rêves et vos envies, que voulez-vous créer
dans votre vie, pour que lorsque vous serez sur votre lit de
mort vous pourrez dire : je ne regrette rien. »

L’humanité grandit, évolue, par la transmission, par l’exemple. Être soi, être moi, prendre sa place, transmettre qui je suis, donner l’exemple, c’est être intègre. 

Donc si je vois qu’une personne a réussi, j’ai envie de faire de même. Je ne crois que ce que je vois. Ainsi, le système évolue. Je reviendrai sur cette notion de système plus tard.

C’est notre coeur et notre corps qui nous indique le message, par les émotions que nous ressentons, par ce qui nous traverse. C’est lorsque vous dites “j’aime ou j’aime pas”. 

Vous avez aussi mis en place des conditionnements par votre éducation. Vos parents, vos professeurs, ou autre, vous ont obligé à vous soumettre à leur propre vision du monde. Ainsi, vous avez créé de la honte, de la culpabilité, de la peur, à être vous même et à créer votre propre monde. Ces émotions se sont inscrits en vous, dans vos croyances profondes. C’est ici que vous allez devoir aller gratter pour déloger cette souffrance. 

Comment faire ? Comment trouver la force ? 

Pour oser suivre ce chemin qui est le votre, je vous invite à rêver. Oui, quels sont vos rêves et vos envies, que voulez vous créer dans votre vie, pour que lorsque vous serez sur votre lit de mort vous pourrez dire : “je ne regrette rien”.

S’autoriser à rêver et à vouloir le créer dans sa vie, c’est donner du sens, c’est avoir un but, c’est vivre.

Quel chemin choisissez-vous ?

Vous avez le choix, à chaque instant

Sur ce chemin, tout ce qui vous bloque, vous empêche, est un jugement sur vous-même.

L’esprit immature projette inconsciemment sa réalité sur l’autre. Ainsi nous accusons l’autre ou “l’extérieur” à soi de la responsabilité de ce qui nous arrive. 

Nous pouvons bien entendu être victime d’un accident, ou d’une agression sur soi. Mais c’est comment je choisis de réagir à cet évènement qui est important. Si j’ai envie de faire la meme chose que ce que j’ai subit, cela ne va pas arranger ma situation. Quelle serait la réponse la plus juste à donner ? En prenant conscience des conséquences de mon acte. C’est cela être responsable. 

Voici le schéma : 

situation extérieure, réalité – VAKOG (je perçois par mes sens, je ressens) – interprétation (mental, croyances, critères) – émotions (état interne) – comportement (j’agis)

Si ma réponse à la situation est dans le schéma du jugement : je vais interpréter la situation en mode bien / mal. Je coupe en deux, je sépare. 

Résultat je crée automatiquement de la peur. Et ici toute sorte de peur se crée. 

ma réponse sera un acte en réaction : fuite, agression, sidération, inhibition, fermeture. 

Je vais chercher alors à avoir du contrôle sur l’autre et les situations. Je serai hors de moi, décentré et sans aucun pouvoir personnel. Je rentre ainsi dans un cercle vicieux. Et je me crée toujours plus de souffrance. Je crée alors une croyance que l’autre est dangereux, je crée un blocage de mes émotions, car je n’en ai pas pris la responsabilité, je les ai projeté sur l’autre et je ne les ai pas entendues.

Si ma réponse à la situation est dans le schéma de l’amour : je vais interpréter la situation en mode accueil inconditionnel, je suis UN, la globalité de mon être, j’ai en moi l’ombre et la lumière, la terre et le ciel, la matière et l’esprit, le féminin et le masculin. Je reviens ainsi à la neutralité de la vie : sa nature véritable. 

Résultat : je me détache de l’autre et de la situation, je suis centrée sur mes ressentis, à l’écoute et attentive à ce qui se joue en moi, je suis présente. Je crée un état interne de joie, de sérénité et mon action est juste. J’ai un comportement ouvert, j’agis selon mon coeur, mon intuition. Je prend la responsabilité de ce qui me traverse et je suis dans mon pouvoir personnel. Je crée un cercle toujours plus vertueux. Selon la réponse ou le résultat que j’obtien, j’apprend de mes erreurs ou de mon succès, j’apprend. Et je cherche à m’améliorer.

Vous êtes libre

Vous êtes maitre de votre destinée

Ainsi je suis la voie qui est mienne. La voie de l’excellence. La voie du milieu et de l’équilibre. Je perçois que je suis créateur de ma réalité et que j’ai le pouvoir de faire évoluer l’humanité, en transmettant mon message, ma singularité en étant moi même et intègre à travers chacuns de mes actes. 

La nature véritable de l’être humain est l’amour. L’accueil inconditionnel. La liberté.

La liberté c’est ne plus être esclave de nos croyances, de nos pensées, de notre égo. C’est remettre le mental (notre cerveau) à sa place. Nous sommes des êtres composés de plusieurs systèmes qui ont leur propre intelligence. Et l’union de tous ses systèmes qui communiquent les uns avec les autres en un accord parfait est ce que vous êtes. Vous êtes déjà un être complet. 

« Plus vous rentrez profondément en contact avec vos sens et
perceptions, plus vous aiguisez vos capacités de perception
d’une réalité plus grande et plus vous augmentez les
possibles. »

Le monde est un ensemble de systèmes hyper complexe, de l’infiniment petit à l’infiniment grand. Pour avoir la maîtrise, revenir à soi, là ou vous avez le pouvoir d’agir, sur votre propre système. 

En fuyant cette responsabilité qui vous est donnée, vous vous détachez de la réalité. Quoi que vous fassiez vous êtes toujours le maître à bord, vous créez ce à quoi vous pensez, selon votre interprétation

Vous créez le manque par votre interprétation. C’est ici et seulement ici qu’il vous faut agir. 

Reprenez votre place véritable : la conscience du tout, l’observateur de ce qu’il se joue. 

Au delà de la matière. 

Revenir à l’essentiel veut dire observer votre schéma intérieur, revenir à vos sens, le sacré.

Pourquoi sacré ? Car vos sens sont la porte d’entrée de la compréhension du mystère de la vie. 

Au delà de vos sens, qu’y a t il ? Le mur de Plank. 

Plus vous rentrez profondément en contact avec vos sens et perceptions, plus vous aiguisez vos capacités de perception d’une réalité plus grande et plus vous augmentez les possibles. La vie redevient alors ce qu’elle est véritablement : un jeu.

Le monde redevient alors ce qu’il est réellement : extraordinaire. et seul un WAW ! s’échappe de votre bouche.

Attention, le jugement est toujours là quelque part, prêt à surgir et à vous embarquer, car c’est le chemin de la facilité, mais jamais celui de la félicité. Vigilance. 

Pourquoi prendre votre place contribue à un monde meilleur ?

La vie sait, écoute la

Lorsque vous n’êtes pas à votre place, vous créez une réalité de peur, qui vous mène à l’impuissance, la haine, la violence, l’ignorance, la bêtise, aux jeux psychologiques, aux jeux de l’esprit et à la perversion. C’est le monde à l’envers. 

Je n’ai pas la réponse à ce qu’il va advenir à notre civilisation. Mais je pense profondément que la vie est d’une intelligence qui dépasse l’entendement. Je choisis de lâcher prise, de croire en elle, et surtout d’honorer ma place dans ce monde, en suivant ce que me dicte mon coeur et mon âme. De suivre la voie du milieu, la voie de l’amour.

Ma place, mon rôle, ma raison d’être, est de vous accompagner à créer de la valeur par votre entreprise, et à prendre cette place qui est la votre. 

Je suis à votre disposition pour discuter avec vous de  votre besoin et d’y apporter une réponse la plus juste pour vous, là où vous en êtes.

Jennifer Besson, Business Designer

No Comments

Leave a Reply