Restez dans le Moov
Cap sur une organisation innovante
Suivez-nous
Search
TOP
Entreprendre, un acte engagé - Restez dans le Moov
15493
post-template-default,single,single-post,postid-15493,single-format-standard,theme-awake,eltd-core-1.2,woocommerce-no-js,awake child-child-ver-1.0.0,awake-ver-1.4,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,eltd-mimic-ajax,eltd-grid-1200,eltd-blog-installed,eltd-default-style,eltd-fade-push-text-top,eltd-header-standard,eltd-sticky-header-on-scroll-down-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-menu-item-first-level-bg-color,eltd-dropdown-slide-from-left,eltd-,eltd-fullscreen-search eltd-search-fade,eltd-side-menu-slide-from-right,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Entreprendre, un acte engagé

Restez dans le Moov / Non classé  / Entreprendre, un acte engagé

Entreprendre, un acte engagé

À partir du moment où je décide de prendre part à l’économie, à la société, alors je choisis de contribuer à l’humanité : chaque travailleur fait sa part et permet à notre humanité de pourvoir à ses besoins. Mais lorsque je choisis de poser cet acte en conscience, tout devient différent.

Lorsque je décide de créer mon entreprise, plusieurs choix s’offrent à moi

Choix n°1

Je peux décider de créer un biz dans l’unique but de faire de l’argent et dans ce cas être un requin de la finance, être on ne peut plus « professionnel », afficher une froideur telle que je parait être dépourvu de toute humanité. Ou alors porter un masque de faux sourire niais sur mon visage. Je n’ai alors aucun scrupule à détruire l’autre qui est mon adversaire direct dans cette lutte de pouvoir. Et qu’importe si je pollue ou détruit aussi mon environnement je n’en ai que faire, je ne serai plus là demain pour le voir. Je me prend pour le maître du monde et ma soif d’argent est insatiable. Je ne suis plus que l’ombre de moi même, et je ne le vois pas, je me fais croire que je suis tout puissant pour me protéger de ma faiblesse intérieure. Je me mens à moi même, je suis persuadé que je suis quelqu’un de bien, car tout ce que je fais c’est normal, les sentiments n’ont pas leur place dans une entreprise, nous ne sommes pas dans un monde de bisounours, il faut être sans pitié pour ne pas se faire bouffer !

Choix n°2

Je peux aussi décider de créer un biz dans le but de contribuer en apportant de la valeur et en étant aligné à des valeurs humanistes par la volonté que mon entreprise donne une place à chacun, sa place légitime. Je peux créer à partir de ce qui me passionne ou ce pour quoi je me sens porté. J’ai réellement envie de travailler dur pour arriver à atteindre mes objectifs. Je peux m’inscrire dans un cercle vertueux et faire du lien avec d’autres personnes qui sont animés par la même ambition que de contribuer à un monde meilleur qui place l’humain et son humanité au coeur de ses actions et qui n’oublie pas que chaque être est différent, que nous avons tous notre place.

L’authenticité est possible et ne se différencie pas du business

Il est primordial d’axer toutes nos actions en ce sens. C’est nous, entrepreneurs, acteurs de la société, qui avons cette responsabilité. Celle d’être cohérents et intègres en tout point dans ce que nous faisons. C’est seulement par cela qu’un monde nouveau, libre, pourra éclore. La transition a commencé. Alors si vous ne l’avez pas encore acté, engagez-vous envers vous même et le monde. Non le business n’est pas réservé aux personnes immorales et voraces. Il est tout à fait possible de faire en sorte que les multinationales soient contraintes de revoir leurs modes de fonctionnement. C’est la demande qui fait l’offre. La demande de sens c’est l’actualité. Nous ne voulons plus faire partie d’un système qui dévalorise et rabaisse. Nous voulons être respectés. Ce qui engendre une recrudescence de reconversion et nouvelle thérapies. Le « new age » comme certains le nomme. Mais la réalité est bien ce qu’elle est. Terminé l’esclavagisme salarial.

C’est un monde intelligent dont nous avons besoin

La nouvelle génération sera beaucoup plus exigeante. Beaucoup de métiers seront amenés à disparaître et de nouveaux devront être créés. Quels sont ces nouveaux métiers ? Comment leur permettre d’advenir avec ce gouvernement qui freine toute innovation qui sort de son pouvoir de manipulation des masses. Le monde devient cybernétique, la guerre se déroule sur internet et il y aura toujours des super structures au pouvoir. Pourquoi ne deviendraient elles pas éthiques ? C’est un monde intelligent dont nous avons besoin. Nous avons à revoir tout notre système et notre façon de produire. Nous devons reconstruire un monde basé sur l’équilibre pour tous et pour notre environnement. Nous devons apprendre à travailler ensemble et non les uns contre les autres. Nous devons supprimer les murs et construire des ponts. Faisons de la technologie une force. Oui le chantier est colossal. Mais justement. Personne ne peut à lui seul tout reconstruire, normal. Si chacun prend la responsabilité de sa place dans ce monde, qu’adviendrait il ? Je vous laisse imaginer.

Prendre sa place peut changer le monde

Prendre sa place revient à s’aimer soi même et s’engager envers soi, dire non, quitter ce qui ne convient pas ou plus, sortir de sa zone de pseudo confort, faire sa révolution intérieure, devenir anticonformiste, sauter dans le vide, se confronter au regard de l’autre et de soi, faire des trucs de ouf, tester le nouveau, braver l’inconnu, vouloir fabriquer un empire à partir de rien, être le seul à se rendre compte de ses progrès, courir après la reconnaissance, manger des pâtes et des patates quatre fois par semaine, se retrouver à ne pas savoir si demain on pourra encore faire les courses…

Et y parvenir quand même, par la force de sa foi, par le courage, par son humanité, par l’envie d’aimer plus grande que soi, par l’amour pour ce monde et pour la nature, par l’émerveillement de chaque instant qui crée l’envie de ne jamais renoncer et d’y croire encore et toujours. Car chaque jour nouveau qui vient est une surprise, et chaque jour un chemin que l’on découvre sous chacun de ses pas vers ce rêve qui se dessine de plus en plus.

C’est en cela que la vie est magique. Lorsque nous prenons la mesure de ce que nous sommes réellement, que nous sortons de cette peur du manque qui nous paralyse, que nous acceptons la réalité telle qu’elle est et pas telle que nous voudrions qu’elle soit, en commençant par s’accepter soi dans sa globalité. Lorsque nous prenons notre place dans la grande histoire de l’humanité :

Alors le monde nouveau s’ouvre devant soi.

Jenny B., Coach & Business Designer

www.jennyb-art.com

No Comments

Leave a Reply